La mémoire volée des Francs-Maçons

Juin 1940, les nazis investissent Paris. Des commandos spécialisés s’emparent des loges maçonniques et pillent leurs archives. Un scénario qui se répète dans toute la zone occupée.

En quelques semaines, ce sont des centaines de milliers de pièces d’archives, dont beaucoup remontent au XVIII° siècle, qui prennent le chemin de l’Allemagne. En effet les nazis sont fascinés par les francs-maçons, qu’ils tiennent pour responsables aussi bien des révolutions européennes que du déclenchement de la Première Guerre mondiale, et ils veulent percer leurs secrets.

A Berlin, ces documents sont dépouillés, classés, analysés avant qu’un grand nombre passe dans les mains d’Himmler, convaincu que la franc-maçonnerie détient des pouvoirs ésotériques. Dès les premiers bombardements alliés, ces archives, considérées comme cruciales, sont dissimulées dans des châteaux, à l’Est du Reich.

C’est là que les Russes, en 1945, les récupèrent pour les envoyer à Moscou où elles seront méthodiquement et scrupuleusement étudiées à des fins politiques. En effet Staline s’inquiète de la résurgence de la franc-maçonnerie dans les cercles dirigeants européens.

Tenues au secret pendant près de cinquante ans, ces archives sensibles que l’on croyait perdues, ressurgissent avec la Perestroïka. Après des négociations diplomatiques au plus haut niveau, ces documents oubliés, reprennent le chemin de la France en 2000 et c’est toute la mémoire de la franc-maçonnerie qui réapparait, éclairant deux siècles d’histoire de la France et de l’Europe.

Mais toutes les archives ont-elles été vraiment restituées ?

Dimanche 15 mai à 22H25 sur France 5

A propos Damien 813 Articles

Blogger, propriétaire et webmaster de Planète CSAT. Fan des médias, abonné CANAL de longue date et reçoit la télévision via Orange.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*